LES DUCS VALOIS DE BOURGOGNE

Philippe II de Bourgogne dit «Philippe le Hardi» (1342-1404)

  

   «Philippe le Hardi»

  

  orsqu'en 1361 le duc Philippe de Rouvres, dernier des ducs Capétiens de Bourgogne meurt de la peste sans héritier, le roi de France Jean le Bon reprend le duché de Bourgogne.

  En 1356 à la bataille de Poitiers qu'a livrée Jean le Bon contre les Anglais son jeune fils Philippe fit preuve d’un grand courage à ses côtés, ce qui le fera surnommer «Le Hardi».

  En 1364 le roi le récompense en lui donnant le duché en apanage (ce qui signifie qu’en cas d’absence d’héritier mâle, le duché retournera à la couronne de France)

  Puis Philippe se marie avec Marguerite de Flandres dont le père, le Comte Louis II de Flandres (dit Louis de Mâle) meurt en 1384, et le duc Philippe se retrouve ainsi à la tête d’un immense territoire s’étendant jusqu’en Flandres.

  Il était considéré comme courageux et très intelligent, mais selon certains chroniqueurs, «aussi laid Que courtois».

  Philippe le Hardi meurt en 1404, après avoir régné 40 ans.

Jean I de Bourgogne, dit Jean sans Peur (1371-1419)

  

   «Jean sans Peur»

  

  

  é à Dijon en 1371 de Philippe le Hardi et Marguerite de Flandres, Jean I de Bourgogne régna sur la Bourgogne de 1404 à 1419 (soit 15 ans).

  Sa seule épouse est Marguerite de Bavière (décédée en 1422) avec laquelle il a un fils qui deviendra Philippe le Bon.

  Sa mise est négligée, il n’est pas distingué, ni éloquent, et toute sa vie est guidée par les intrigues autour du roi de France Charles V dit «Le Fol» ; Il s’allie avec les anglais contre les Armagnacs, qui sont les partisans du duc d’Orléans.

  En 1407 il fait assassiner à Paris son cousin Louis d’Orléans, et en 1419, alors qu’il tente une réconciliation avec le roi de France Charles V le Fol, il est à son tour assassiné sur le pont de Montereau où devait avoir lieu l’entrevue.

Philippe III de Bourgogne, dit Philippe le Bon ( 1396-1467)

  

   «Philippe le Bon»

  é à Dijon en 1396 de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière, Philippe III de Bourgogne, dit Philippe le Bon régna de 1419 à 1467(soit 48 ans).

  En 1409 à l’âge de 13 ans il épouse Michelle de France dite de Valois (1395 -1422), alors âgée de 14 ans, fille de Charles VI et Isabeau de Bavière, qui lui donne les villes de la Somme, le Boulonnais et la Picardie.

  Ils ont une fille, Agnès de Bourgogne.

  Michelle de France meurt à Gand en 1422 à l’âge de 26 ans.

  Sa deuxième épouse est Bonne d’Artois, fille du Comte Philippe d’Artois , qu’il épouse en 1424, mais qui meurt en 1425.

  Sa troisième épouse est Isabelle de Portugal avec laquelle il se marie en 1430 et à laquelle il dédie la création de l’Ordre de la Toison d’Or.

  Ils ont un fils, Charles le Téméraire

  Pour venger la mort de son père Jean sans Peur assassiné à Montereau en 1419 il s’allie aux Anglais, et son lieutenant Jean de Luxembourg est celui qui livrera Jeanne d’Arc aux Anglais.

  En 1435 au traité d’Arras il se réconcilie avec Charles VII, roi de France, alors que son pouvoir s’étend sur le duché de Bourgogne, la Comté de Bourgogne, les villes de la Somme et de l’Artois, les Flandres et les Provinces Belges.

  C’est un grand mécène à la vie fastueuse, et à la vie sentimentale très mouvementée, avec 24 favorites recensées et 17 bâtards dont deux évêques d’Utrecht.

  La fin de sa vie est assombrie par des intrigues conduites par son fils Charles (Le Téméraire) et il meurt le 15 juin 1467 à l’âge de 71 ans.

Charles le Téméraire (1433-1477)

  

   «Charles le Téméraire»

  é à Dijon en 1433 de Philippe le Bon et Isabelle de Portugal, Charles le Téméraire règna de 1467 à 1477 (soit 10 ans).

  Il épouse Catherine of France, dite Catherine of Valois, alors que cette dernière n'a que 12 ans.

  Puis il épouse Isabelle de Bourbon avec laquelle il aura Marie de Bourgogne, la future héritière du trône.

  En 1468 il épouse dans le faste Marguerite d’York, tenant ainsi le roi de France à sa merci, son but étant de se faire élire empereur d’Allemagne.

  Les princes européens, inquiétés par son ambition, l’abandonnent peu à peu et il est vaincu par les Suisses à Grandson et à Morat en 1476.

  En janvier 1477 il perd la bataille de Nancy au cours de laquelle il est tué.

  La Bourgogne sera ensuite partagée entre les Habsbourg d’Autriche (sa fille Marie de Bourgogne épousant l’archiduc d’Autriche Maximilien de Habsbourg) et la France de Louis XI.

    9/12